Le traducteur assermenté en Tunisie

Le traducteur assermenté en Tunisie

 

Il convient tout d’abord de répondre à la question suivante : qui est le traducteur assermenté ?

En effet, le traducteur assermenté est un auxiliaire de justice habilité par le Ministère de justice de son pays à traduire des documents officiels et à certifier l’exactitude de leurs traductions par rapport à leurs langues sources.

Des concours sont régulièrement organisés en vue de recruter des traducteurs et leur accorder le titre de traducteur assermenté. Une fois admis, le traducteur prête serment à la juridiction dans le ressort de laquelle il exercera ses fonctions.

En revanche, il existe des traducteurs professionnels qui traduisent d’autres natures de documents tels que les articles de journaux, les fais divers, les dépêches…

Ils ne sont aucunement autorisés à traduire de documents officiels car leurs traductions ne sont pas reconnues par les établissements officiels (l’État, les ambassades, les tribunaux…).

En Tunisie tout comme dans plusieurs autres pays, la majorité des traducteurs professionnels ne respectent pas ces exigences et sont souvent la source de souffrance de beaucoup de gens notamment en matière de crédibilité relative à leurs travaux de traduction et aux honoraires y afférents. Beaucoup de citoyens voient leurs dossiers de visa refusés par les ambassades ou les consulats car les documents constitutifs de leurs dossiers ont été traduits par un traducteur qui n’est pas assermenté.

Les lois réglementant le domaine de traduction ne sont guère suffisantes face à cette vague croissante d’atteinte à la profession du traducteur assermenté. Une refonte demeure incontournable afin de protéger les citoyens et leurs intérêts et siffler la fin de récréation aux soi-disant « traducteurs ».