Traducteur et déontologie

           À l’instar de toute profession libérale, la traduction est basée sur des valeurs éthiques qui doivent être indubitablement respectées. Il s’agit de valeurs partagées entre le traducteur et ses clients, et celles entre le traducteur et son collègue.

Tout d’abord, la relation entre le traducteur assermenté ou professionnel et ses clients n’est pas limitée aux aspects matériels et pécuniaires. Il s’agit plutôt d’une relation de confiance réciproque et de partenariat. Le client en ayant recours à l’expertise d’un traducteur quelconque fait confiance en sa compétence et en sa crédibilité. Le traducteur doit en l’occurrence s’efforcer de fournir les meilleurs services de traduction moyennant les honoraires les plus justes en fonction de la nature de la traduction et la technicité des textes.

Il convient également de souligner le devoir de tenir la confidentialité de tout document confié au traducteur, celui-ci est tenu de veiller au respect du secret professionnel et d’établir par la même une relation de confiance avec chaque client.

S’agissant de la relation entre traducteurs collègues, le traducteur assermenté ou professionnel est tenu de nouer les meilleures relations avec ses collègues en s’abstenant de toute concurrence déloyale. En effet, il faut considérer tout collègue plutôt partenaire que concurrent. La coopération et la coordination entre les traducteurs notamment dans les mégas projets de traduction doivent être maîtres-mots.