Le traducteur assermenté, reconnu et agréé auprès des ambassades et consulats

Traducteur assermenté, légalisation des traductions

et rôles d’ambassades et consulats

 

           Pour constituer un dossier de visa long séjour en bonne et due forme, il faut avoir recours à un traducteur assermenté pour la traduction de tout papier nécessitant traduction.

En effet, tout document traduit par un traducteur s’autoproclamant assermenté ou agréé sans aucune assise juridique ne sera aucunement accepté par les services consulaires compétents.

Il existe dans les cas des dossiers de demande de visa d’études ou de permis d’études des légalisations à effectuer avant et après la traduction. Tout d’abord avant la traduction, chaque document doit être légalisé auprès du ministère compétent. Par exemple, le diplôme du baccalauréat doit être légalisé auprès du Ministère de l’éducation puis au Ministères des affaires étrangères alors que tout diplôme d’enseignement supérieur doit faire l’objet d’une légalisation auprès du Ministère de l’enseignement supérieur puis au Ministère des affaires étrangères.

Après la traduction, les documents traduits doit être déposés aux fins de légalisation au Ministère de la Justice. C’est dans ce ministère où l’on se rendra compte que la traduction a effectivement été faite par un traducteur assermenté car dans le cas où votre document a été traduit par un traducteur qui n’est pas assermenté, le Ministère refusera décidément de le légaliser.

Par ailleurs, les actes de mariage, les livrets de famille, les actes de naissance et tout autre document nécessaire pour la constitution du dossier de demande de visa de regroupement familial doivent également être traduits  par un traducteur assermenté sous peine de rejet.  En effet, les actes de mariage dressés par notaire doivent être déposés avant la traduction pour légalisation auprès du Ministère de la Justice alors que ceux dressés par l’officier de l’état civil doivent faire l’objet d’une légalisation auprès du gouvernorat compétent. La légalisation des actes de naissance et des livrets de famille se fait également au gouvernorat.

Puis, après la traduction, tout document traduit doit être légalisé par le Ministère de la Justice puis le Ministère des affaires étrangères.

Dans ce contexte, plusieurs ambassades en Tunisie se sont référées aux listes de traducteurs et interprètes assermentés fixés par le Ministre de la Justice tunisien et ont publié ces listes dans leurs sites web respectifs en fonction de la langue de spécialité de chaque traducteur et interprète assermenté afin d’aider le requérant au bon choix.