Colloque international à l’École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs (ESIT) Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

 

Source: univ-paris3.fr – ESIT

 

Colloque international
École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs (ESIT)
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Equipe de recherche EA 7345 Clesthia

1er et 2 décembre 2016

Traduire, écrire, réécrire dans un monde en mutation

Les questions de l’écriture et le problème du sens ont toujours primé chez le traducteur. Elles nécessitent un parcours, un chemin, des détours, des ruptures, tout comme le travail de la pensée qui serait donc un travail de distanciation, de séparation.

Si nous partons de la conception selon laquelle la traduction n’est pas une pâle copie de l’original mais une création, fruit d’une herméneutique textuelle qui conduit progressivement à l’autonomie et à la plénitude de la traduction, et une occasion de déconstruire plusieurs concepts clefs comme le modèle, l’origine, il semble évident en fin de compte que ce qui importe ici, c’est le texte transformé, le texte second ainsi que le processus de transformation du texte, ce que le traducteur en fait, et non ce que le texte était. Autrement dit, comme l’a suggéré Antoine Berman à propos des textes littéraires, chaque traduction révèle un pan du texte original, qu’il met en valeur, grâce à l’espace-temps qui sépare les deux textes et qui permet de questionner leur nature et les conditions de leur interprétation. Le texte traduit aide le lecteur à mettre à nu le texte d’origine. Au final, comme le dirait Jean Szlamowicz (2011), le texte source et le texte cible se sont accrus de leur expérience du passage, de l’épreuve du passage. (…)

Nous souhaitons engager une discussion autour des axes suivants (liste non limitative et non exhaustive) :
1. Les enjeux que soulève la traduction-rédaction des discours professionnels et institutionnels ;
2. Le rôle des traducteurs-rédacteurs dans la stratégie de communication des entreprises et des institutions ;
3. Les compétences qui s’avèrent nécessaires pour intégrer ce vaste marché ;
4. L’apport de la rédactologie à l’acquisition de la compétence de traduction, notamment dans sa composante scripturale, et les relations qu’entretiennent traductologie et rédactologie.

Langues du colloque : anglais/français.

Les propositions de communication (250-500 mots) sont à envoyer à : fayza.el-qasem@univ-paris3.fr et/ou susana.mauduit@univ-paris3.fr et/ou freddie.plassard@univ-paris3.fr avant le 30 septembre 2016.